Je jure solennellement ...

Les Maraudeurs sont sortis de Poudlard et doivent maintenant choisir un camp, jurerez-vous pour l'Ordre du Phénix, ou pour les Mangemorts et leur maître, Lord Voldemort ...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Exil ( L'histoire de Amélia Potter )

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Amélia Potter

avatar

Féminin
Nombre de messages : 86
Age : 41
Localisation : Au Québec
Métier : Psychothérapeute, enfants/adolescents
Camp : Ordre du Phénix
Date d'inscription : 09/09/2007

Feuille de personnage
Gallions:
0/0  (0/0)
Camp: Ordre du Phénix
Baguette:

MessageSujet: Re: Exil ( L'histoire de Amélia Potter )   Mar 11 Sep - 1:10

Chapitre 24 : L’enfant perdu

Il se trouvais dans une sombre ruelle, observant les passant et les suivant à la dérobée. Abandonné dès sa naissance par sa mère dans l’Allée des Embrumes, il avait été recueillit par une vieille dame attentionnée, mais un peu acariâtre. Très tôt, la vieille dame se rendit compte, que cet enfant était spécial. Il était un Loup-Garou… Elle prit pitié du poupon et le prit sous son aile, volant l’argent nécessaire à sa Tue-Loup. Les nuits de Pleine Lune, elle l’enfermait dans une caisse, sur laquelle est s’assoyait pendant trois jours. Cruel, vous dites ? Non. Elle le protégeait ainsi des sombres rapaces de l’Allée des Embrumes, qui l’auraient lapider s’ils avaient sut. Elle le nomma Samuel, comme le fils mort-né qu’elle avait eu jadis. Puis, par une froide nuit de Pleine Lune, elle mourut, assise sur sa caisse, alors que Samuel n’avait que 4 ans.

Samuel errait donc seul dans l’Allée des Embrumes depuis deux ans, volant et chapardant tout ce qu’il pouvait trouver. Il était rapidement devenu très habile, et rares sont ceux qui se rendaient compte qu’ils avaient été volés.

Un jour, il observait un homme habillé de noir, attablé à une table à La Tête de Sanglier. Il s’en approcha doucement et tendit la main vers la poche de la cape du monsieur en question. Toutefois, l’homme n’en était pas un comme les autres. Il s’agissait de Severus Rogue, expert dans l’art de lire dans les esprits. Severus se retourna vivement au moment même où Samuel mettait la main dans sa poche et lui agrippa le bras.

- Petit voleur, tu n’as pas honte ?

Sans une ni deux, Samuel asséna un violent coup de pied sur le tibia de Severus, qui lâcha sa prise. L’enfant se mit à rire et s’enfuit en courant … emportant la bourse convoitée. Se frottant la jambe et affichant un air noir, Severus se rendit compte, que le petit monstre lui avait prit sa bourse. Il se leva et le suivit en boitant et en grommelant froidement. Il le trouva rapidement dans un cul-de-sac et le prit au piège. Samuel l’aperçut et s’enfuit au fond de la ruelle, s’adossant au mur d’un air apeuré.

- Donne moi ça immédiatement, dit froidement Severus
- Vous donnez quoi, monsieur ? dit Samuel d’une petite voix
- Sale petit voleur, donne moi ma bourse, sinon je t’arrache les yeux et je les donnent à manger à mon hibou, dit Severus en plissant les yeux

Samuel le regarda, puis releva courageusement la tête. Il cria :

- De toute manière, je suis un Loup-Garou, moi ! Et, je vais vous manger, si vous me faites mal !

Severus arqua un sourcil. Un Loup-Garou ? Cela expliquais tout … qui d’autre qu’un vulgaire Loup-Garou pouvait être un stupide voleur, sinon un Sang-de-Bourbe ? Il sourit brièvement et pensa :

- Il doit être un Loup-Garou Sang-de-Bourbe

Il le fixa quelques instants, légèrement indécis. Cet enfant était sale, amaigri, très petit pour son âge et ses vêtements n’étaient que lambeaux. Bien qu’il soit un être froid et insensible, Severus ne pouvait pas le laisser comme ça. Il pensa très brièvement à sa fille Julianne, se demandant s’il aurait aimé ça la savoir dans la rue. Puis, il écarta cette pensée émotive de son esprit et lui dit froidement :

- Où sont tes parents, qu’ils te punissent comme il se doit
- Mes parents sont morts … et ma Mémé aussi. Je suis tout seul … mais ça ne veux pas dire, que je ne peux pas vous mangez ! lui répond Samuel

Severus pinça les lèvres, afin de camoufler un sourire. Il le trouvais drôle, mais ne voulait pas le montrer. Il prit un air méchant et le fixa intensément, afin de se donner un air menaçant.

- Suit moi … je connais un Loup-Garou qui s’occupera de toi, lui dit-il
- Ma Mémé, elle m’a dit, de ne pas parler aux étrangers et de ne pas les suivre, réplique Samuel d’une petite voix un peu craintive
- Hé bien … tu me parles en ce moment … quelle obéissance, rétorque Severus en arquant un sourcil

Sur ce, Severus tourna vivement les talons, sa cape volant autour de lui, et quitta la ruelle, en direction de la sortie de l’Allée. Que ce petit monstre se débrouille tout seul. Après tout, il n’en avait que faire … il lui avait laissé sa bourse en guise de soulagement de conscience. Il allait sortir de l’Allée, lorsqu’il sentie une toute petite main prendre la sienne. Il baissa les yeux et vit que Samuel l’avait rejoint. Il fit une moue ironique, puis se dirigea en direction des Quartiers Résidentiels Sorciers.

Il chercha quelques secondes la bonne rue, puis arriva devant une maison. Il pinça les lèvres et grimpa les quelques marches avant de frapper vivement à la porte. Amélia alla répondre et se figea en voyant qui était sur le seuil.

- Severus ? Mais … que fait tu ici ? dit-elle en jetant un regard intrigué vers Remus
- Cet enfant est un Loup-Garou, dit Severus sans ménagement. Débarrassez-m’en !

Puis, Severus tourna les talons et repartie aussitôt, laissant Samuel derrière lui. Il avait fait plus que sa part, que Lupin se débrouille ! Amélia ouvrit de grands yeux ébahit, puis suivit Severus du regard jusqu’à ce qu’il disparaisse au bout de la rue. Elle referma alors la porte et regarda l’enfant qui était entré et qui regardait partout. Remus s’était levé du fauteuil et regardait aussi le petit garçon, un air un peu confus sur le visage. Il regarda ensuite Amélia, qui semblait sur le point de déballer une tonne de questions sans réponses et il décida de prendre les choses en main, avant que cela n’arrive.

- Bonjour mon bonhomme, dit-il gentiment à Samuel. Comment t’appelles tu ?
- Samuel, monsieur … dit l’enfant

Remus sourit et mit les mains dans ses poches. Amélia s’approcha lentement de l’enfant et le regarda d’un air attendri. Il avait l’air si chétif, si abandonné, que cela lui faisait mal au cœur. Elle s’imagina deux secondes Léa-Lily et son enfant à naître dans cet état, et faillit éclater en larmes. Remus, qui observait Amélia à la dérobée, ne put s’empêcher de sourire. Il avait déjà prit sa décision de garder cet enfant, et quoiqu’il ne doutait aucunement de l’accord de sa femme, il fut grandement soulagé de sa réaction.

Léa-Lily entra dans la maison sur ses entre-faits, une cage à hibou à la main. Sa mère avait enfin consentie à ce qu’elle ai un deuxième animal magique et elle en était très heureuse. Elle regarda le petit garçon d’un air intrigué, puis regarda sa mère.

- Qui est-ce, Maman ?
- Maman … répéta doucement Samuel. Tu est chanceuse, toi … ajoute t-il d’un ton triste

Amélia sentie à nouveau son cœur se briser. Elle mit la main sur l’épaule de Samuel et l’amena dans la salle de bain, afin de le faire monter dans la baignoire.

La famille Lupin venait de trouver un nouveau membre …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magieouvreavous.aceboard.fr
Amélia Potter

avatar

Féminin
Nombre de messages : 86
Age : 41
Localisation : Au Québec
Métier : Psychothérapeute, enfants/adolescents
Camp : Ordre du Phénix
Date d'inscription : 09/09/2007

Feuille de personnage
Gallions:
0/0  (0/0)
Camp: Ordre du Phénix
Baguette:

MessageSujet: Re: Exil ( L'histoire de Amélia Potter )   Mar 11 Sep - 1:10

Chapitre 25 : Deuxième chance

Albus Dumbledore se trouvais dans la cuisine du Square Grimault. Il attendait les membres de l’Ordre, afin de tenir une réunion au sommet. Il avait une nouvelle importante à leur apprendre. Une nouvelle, qui changerait le cours de l’existence de plusieurs d’entre eux. Il était assis, les mains croisées et la mine grave. Ce qu’il avait à dire, serait très éprouvant pour tous. Lorsqu’il entendit le tableau de Madame Black hurler, il se leva pour les accueillir tous.

Amélia et Remus entrèrent les premiers, suivis par Arthur et Molly Weasley. Tonks, Alastor et Sturgis ne tardèrent pas, tandis que Sirius dévalait les escaliers en trombe et venait les rejoindre. Il entra en coup de vent, tapota les fesses de Tonks, qui le regarda avec un air légèrement agacé, puis s’assied, les pieds sur la table et les mains derrière la tête.

- Que nous vaut cette réunion, Professeur Dumbledore ? demande Sirius
- Attendons Minerva et les autres … répond Dumbledore

Sirius approuva de la tête, laissa retomber ses jambes de la table et regarda Amélia, maintenant enceinte de 20 semaines. Elle était radieuse, quoiqu’elle affichait un air fatiguée, la Pleine Lune s’étant terminée la veille. Remus n’avait pas l’air mieux, lui non plus. En fait, ils avaient l’air d’avoir la gueule de bois. Sirius sourit un peu et tourna la tête vers la porte de la cuisine. Minerva McGonagall et Severus Rogue venaient d’arriver, avec le reste des membres de l’Ordre. Après quelques minutes de discussion, Dumbledore les regarda d’un air grave et croisa les doigts.

- Je tiens à vous avisez, que ce que je dois vous dire ce soir en bouleversera plusieurs. Je suis désolé d’avance …
- Quoi ? Quelqu’un est mort ? dit Amélia en regardant les membres présents. Nous sommes tous ici … qu’est-il arrivé ? Un accident ?

Dumbledore regarda Amélia gravement par dessus ses lunettes en demi-lune. Il se dit qu’il n’avait guère le choix et se lança :

- Cela concerne James et Lily, Amélia …
- Quoi ? Quoi, James et Lily ? Qu’est ce qu’il y a ? Leur tombe à été vandalisée ? On a volé leur corps ? Quoi ? s’inquiète aussitôt Amélia
- Rien de tout ça … dit doucement Dumbledore

Le vieil homme se leva, soudain très fatigué. Il marcha dans la pièce de longues minutes, suivit par les regards intrigués des membres présents. Il soupira et se retourna.

- Lorsque j’ai appris pour la prophétie, j’ai prévu que Voldemort allait s’en prendre aux Potter et aux Londubat. Je ne savait pas laquelle des deux familles il visiterait en premier, mais je me doutais qu’il ne prendrait pas la chance de laisser en vie un aussi grand danger pour sa survie

Severus pinça très faiblement les lèvres. Il se sentais un peu coupable … s’était lui qui avait avisé le Seigneur des Ténèbres de l’existence de la prophétie. Il était responsable de la mort de James et Lily Potter. Au début, cette nouvelle l’avait réjouit au plus haut point. Un de ses tortionnaires étaient morts. Mais ensuite … ensuite tout avait changé. Pour une raison qu’il ne s’expliquait pas encore, il avait changé son fusil d’épaule.

Amélia regardait Dumbledore avec de grands yeux remplit de questions et d’émotions. Où voulait-il en venir ? Elle prit la main de Remus et la serra convulsivement. Elle n’aimait pas entendre parler de cette nuit où sa vie avait prit le chemin de l’Enfer. Dumbledore la regarda droit dans les yeux et dit doucement :

- J’ai non seulement protégé Harry avec l’Enchantement de Protection Sanguine, mais je l’ai aussi fait avec Neville. Puis … j’ai protégé leurs parents avec l’Enchantement d’Éternité

Amélia se leva aussitôt, la main sur la bouche. Elle regardait Dumbledore comme s’il était un demeuré sorti de l’asile. Son teint devint aussi blême que du lait, et Remus se leva afin de la soutenir. Il l’a força à se rasseoir et il lui caressa le dos, tout en regardant Dumbledore avec des yeux émus. Sirius était bouche-bée et ne semblait pas comprendre, pendant que Severus semblait pétrifié. Tonks et Hestia poussèrent un petit sanglot, tandis que Molly pleurait chaudement dans les bras d’Arthur. Minerva, elle avait la main sur la poitrine et murmurait « Merlin » d’un ton tremblant. En fait, seul Alastor ne semblait pas perturbé … Il sortie son œil magique, le mit dans un verre d’eau et le nettoya comme si rien ne se passait.

- Ils … ils sont vivants ? Pour vrai ? Ils ne sont pas … morts ? Ils … Où sont-ils ? Ils … pourquoi ? murmure Amélia d’une petite voix
- Non, Amélia … ils ne sont pas morts. Ils ont été plongés dans un coma très proche de la mort. Nul ne savait quand ils allaient se réveiller … dit Dumbledore

Amélia éclata en sanglots et se blottie contre Remus, qui avait peine à retenir ses larmes. Il la serra très fort dans ses bras, appuyant le front contre son épaule. Tout les membres de l’Ordre étaient ébahis. Personne ne savait que James et Lily Potter avaient bénéficiés de l’Enchantement d’Éternité. Tout le monde avait toujours crut à leur mort … Sirius se leva et regarda Dumbledore d’un air perturbé.

- Pourquoi n’avoir rien dit à personne ? Pourquoi avoir laissé souffrir Amélia durant toutes ces années ? dit-il
- Plus il y a des gens au courant, plus il y a des risques de fuites, intentionnelles ou non, Sirius. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai insisté pour envoyer Amélia en exil. Si les Mangemorts venaient à le savoir, sa vie aurait été en danger … car elle est la clé du réveil de sa famille

Amélia releva la tête et leva des yeux rougis par les larmes. Elle s’agrippait à Remus comme à une bouée, et ressemblait à s’y méprendre à la jeune fille de 17 ans qu’elle fut jadis. On aurait dit, que la nuit d’horreur était de retour.

- Pourquoi ? La clé ? Comment … comment je peux être la clé ? Vous .. vous m’avez lancé un Enchantement sans que je le saches ? Comment puis-je faire pour qu’ils se réveillent ? Que … dit-elle entrecoupée par ses larmes
- Vous avez déjà fait la moitié du chemin … sourit Dumbledore
- Quoi ? Comment ça ? murmure Amélia

Dumbledore sourit, puis retourna s’asseoir. Il plaça ses doigts devant sa bouche quelques instants, puis sourit à nouveau.

- Je me doutais qu’un amour tel que le vôtre briserais bien des barrières … dit-il en regardant Amélia et Remus. Tout est basé sur l’amour …
- Venez-en aux faits ! s’exclame Sirius. S’ils se réveillent, je pourrai avoir un deuxième procès … être acquitté et vivre une vie normale. Parlez-donc ! ajoute t-il d’un ton impatient
- Oui, oui, Sirius … dit Dumbledore en souriant légèrement. Vous deviez mettre au monde deux enfants … et leur donner le prénom de James et Lily. Je savais, que vous n’hésiteriez pas un seul instant aux prénoms de vos enfants, Amélia … et je savais qu’un jour, Remus et vous auriez une famille

Amélia murmura le prénom de sa fille, puis posa la main sur son ventre, les larmes aux yeux. Alors, Dumbledore avait sut qu’ils s’aimaient et ce bien avant qu’ils se l’avouent. Il avait mit la survie de deux personnes, sur la force de l’amour. Non … il avait mit la vie de trois personnes sur la force de l’amour, si on incluait Harry.

Sirius se rassied en silence en fixant le vide devant lui. La naissance prochaine de l’enfant de Remus prenait soudain un tout autre sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magieouvreavous.aceboard.fr
Amélia Potter

avatar

Féminin
Nombre de messages : 86
Age : 41
Localisation : Au Québec
Métier : Psychothérapeute, enfants/adolescents
Camp : Ordre du Phénix
Date d'inscription : 09/09/2007

Feuille de personnage
Gallions:
0/0  (0/0)
Camp: Ordre du Phénix
Baguette:

MessageSujet: Re: Exil ( L'histoire de Amélia Potter )   Mar 11 Sep - 1:12

** Passage sexuel. Le lecteur est avisé

Chapitre 26 : En ton honneur

Les mois passèrent, et Remus ne cessait de s’extasier sur le ventre d’Amélia. Depuis le jour du mariage, pas un seul instant ne s’était passé sans qu’ils ne sentent leur enfant bouger. Émus, ils posaient leur mains sur leur bébé, lui murmurant de douces promesses et lui chantant des berceuses. Seul inconvénient, Amélia était continuellement malade en période de Pleine Lune, et ce malgré l’absorption de Potion Tue-Loup. Plus les mois passaient, plus le taux d’hormone Lycanthrope augmentait, ce qui posait quelques désagréments. Toutefois, ils étaient si heureux, que ce contre-temps leur semblait bien futile.

En fin de soirée du 4 mai 1997, ils se trouvaient dans leur modeste maison, étendus sur le lit. Amélia, rendue énorme par sa grossesse de neuf mois, était comme échouée dans le lit, la main sur son ventre. Doucement, elle caressait son enfant, qui bougeait plus qu’à son habitude. Remus se trouvais à ses côtés, occupé à corriger des devoirs, une main sur le ventre de sa femme. Soudain, il se figea, laissant sa plume en suspens dans les airs. Il venait de sentir le ventre d’Amélia devenir dur comme une pierre philosophale. Il leva les yeux vers elle et vit qu’elle se mordait la lèvre inférieure. Aussitôt, il lâcha sa plume et s’assied.

- Amélia ? Princesse ? questionne t-il

Amélia ne répondit pas, ce qui inquiéta Remus, qui se leva précipitamment du lit. Il s’élança vers la porte du placard et en sortie une paire de pantalon élimé, qu’il enfila en sautillant vers le lit. Il se prit les pieds dans une jambe du pantalon et tomba en plein ventre sur le lit. Il se retourna et se battit quelques instants avec la jambe récalcitrante, avant de réussir à l’enfiler. Amélia, qui venait d’ouvrir les yeux, le regardait d’un air étonné.

- Qu’est ce qu’il y a ? Il y a le feu, Remus ? dit elle, en se retenant de rire
- Hein ? dit Remus en la regardant d’un air légèrement paniqué. Ton ventre est devenu tout dur, dit-il en se relevant.

Amélia éclata de rire. Qu’il était drôle ! Remus la regarda quelques instants, pencha la tête sur le côté et sourit. Il vint pour mettre les mains dans ses poches, mais en fut incapable. Intrigué, il regarda ses pantalons et, avec une certaine gêne, remarqua qu’il les avait mit à l’envers. Il rougit un peu, se sentant comme un parfait idiot, puis il s’assied sur le lit, afin de les remettre à l’endroit. Le voyant faire, Amélia fut de plus en plus hilare, gardant la main sur son ventre et riant d’un rire cristallin.

- Remus … mon amour, tu est si drôle ! dit-elle. Ce sont de fausses contractions … j’en ai depuis trois jours, ajoute t-elle. Quoique celle là était un peu plus douloureuse, il n’y a pas de quoi en faire un drame
- Tu crois ? dit Remus. Nous ferions mieux d’aller à Sainte-Mangouste…
- Mais non ! dit Amélia en riant. Vient te coucher …

Après avoir lancé les copies des devoirs sur la table de chevet, en lui ordonnant de les corriger demain matin, elle le regarda retirer ses pantalons et venir la rejoindre dans le lit. Aussitôt, elle se blottie contre lui, comme une chatte en chaleur. Avec un petit soupire, elle passa la main contre son torse et la descendit vers son entre-jambe. C’est secret mal gardé, que la puissance de la libido d’une femme enceinte. Remus soupira et se pencha vers elle, l’embrassant dans le cou. Il frémit un peu, lorsqu’elle referma la main sur son sexe, débutant un va-et-vient vif et rapide. Il gémit, puis détacha les rubans de sa chemise de nuit, afin d’accéder à la rondeur ferme de ses seins. Doucement, il titilla ses mamelons de sa langue, faisant automatiquement monter le lait maternel qui jaillit, tel une fontaine de jouvence, dans sa bouche avide. Avec douceur, il but à la source qui, bientôt, nourrirait son enfant. Amélia courba les reins, appuyant du mieux qu’elle pouvait son sexe sur celui de Remus. Avec un gémissement, elle se mordit la lèvre inférieure, puis le poussa un peu. Obéissant, Remus se coucha sur le dos, caressant les seins de sa femme. Avec une certaine difficulté de mouvement, Amélia se terra sous les couvertures et descendit vers le sexe de Remus, qu’elle prit dans sa bouche. Il soupira, poussa un petit gémissement et plaça les mains sur ses cheveux, qu’il caressa avec tendresse. Fermant les yeux, le souffle court, ils goûtèrent au plaisir charnel de longs instants. Puis, lentement, Amélia remonta vers le torse de Remus, et s’assied à califourchon sur lui. Avec douceur, il entra en elle, gémissant de plaisir. Amélia pencha la tête par en arrière, soupira puis sentie une contraction l’envahir. Avant de s’en rendre compte, Remus sentie une chaleur épouvantable l’envahir et il se retrouva trempé. Il poussa un petit cri et ouvrit les yeux. Ne pouvant pas bouger, du fait de leur position, il regarda Amélia d’un air ébahit.

- Je t’ai touché où ? Dit moi ce que j’ai fait, pour que tu soit si excitée que ça ! dit-il
- Remus … arrêtes de faire l’idiot ! dit Amélia, en pouffant un peu. Je… Je crois, que je viens de perdre les eaux
- Quoi ! s’exclame t-il. Mais, pousse toi, pousse toi … ajoute t-il en se débattant
- Pousse toi … facile à dire ! Tu crois, que c’est facile, de bouger quand on ressemble à une baleine ?

Après quelques acrobaties, Amélia parvint à descendre de Remus et à se mettre debout à côté du lit. Remus se leva, encore plus rapidement que la dernière fois, et remit son pantalon en vitesse. Amélia le regarda, puis regarda les draps, trempés de liquide amniotique.

- Chéri ? Tu ne penses pas, que tu devrais prendre une douche ? dit-elle
- Quoi ? Pas le temps ! Habille toi, habille toi ! lui dit-il en lui lançant quatre ou cinq robes par la tête
- Mais … Remus ! Ça peut prendre des heures … va prendre ta douche, tu veux ?

Remus gémit, sautilla vers la porte de la chambre, tout en retirant son pantalon, et se précipita à la salle de bain. Au passage, il frappa plusieurs coups dans la porte de la chambre de Léa-Lily, avant de s’enfermer dans la salle de bain. Amélia rit un peu, posant la main sur son ventre, qui venait à nouveau de contracter. Avec un sourire tendre, elle enfila une des robes que Remus lui avait lancé, pendant que l’eau de la douche s’écoulait en cascade. Ce fut la douche la plus courte de la vie de Remus Lupin. En deux minutes, il était de retour dans la chambre, à moitié habillé, et il s’apparaît de la valise d’Amélia. Il regarda autour de lui, puis demanda, tout en enfilant un chandail avec empressement :

- Où est Léa-Lily ?
- Dans sa chambre, répond Amélia

Remus s’empara de la valise de sa femme, sortie de la chambre et alla encore frapper à la porte de sa fille. Léa-Lily, réveillée la première fois, se couvrit par dessus la tête. Elle marmonna quelques mots, puis dit plus clairement :

- Quoi ?
- Ta mère va accoucher ! Surveille ton frère … dit Remus en agrippant la main d’Amélia l’entraînant dehors.

Léa-Lily s’assied rapidement dans son lit, se leva et enfila sa robe de chambre. Elle sortie de la pièce et descendit les escaliers … trop tard. Ses parents venaient tout juste de partir en direction de Sainte-Mangouste.

Amélia fut installée dans une chambre de travail dès son arrivée. Il fut établit, qu’elle était dilatée à 4 centimètres, et que son accouchement devait durer environ 6 heures. Remus tentait de paraître calme, tenant la main d’Amélia et lui caressant les cheveux avec tendresse. Toutefois, au fond de lui, il était paniqué.

Bientôt … bientôt il tiendrais son enfant dans ses bras. Cet enfant si différent des autres … Il regarda amoureusement sa femme, insensible aux ongles qu’elle enfonçait régulièrement sur le dos de sa main. Doucement, il l’embrassa et posa le front contre le sien.

- Je t’aime, murmure t-il
- Oui … c’est pour ça, que je suis dans cet état ! lui réplique Amélia en gémissant de douleur

Remus ferma les yeux et fit un bref sourire. Il ne lui avait quand même pas tordu le bras ce jour là … mais il valait mieux ne rien dire, compte tenue des circonstances. Amélia poussa alors un horrible cri de douleur et il frémit. Elle semblait tellement souffrir et il ne pouvait rien faire pour lui venir en aide. Une infirmière, alertée par le cri de la future mère, entra dans la chambre. Elle sourit et alla vers les futurs parents.

- Je vais vérifier l’état de votre travail, madame Lupin
- Vous pouvez m’assassiner ? dit Amélia. Oui, c’est ça … tuez-moi, avant que je meure !
- Mais non, voyons … dit l’infirmière, habituée à ce genre de discours.

Amélia gémit et ferma les yeux. Elle était en sueurs, les cheveux collés aux tempes et les lèvres blêmes. Elle n’avait jamais autant souffert de toute son existence et elle crispait les mains sur son ventre. Elle se demandait comment elle ferait pour mettre cet enfant au monde. Elle n’en aurait jamais la force ! Léa-Lily était née par césarienne, alors qu’elle était inconsciente. Maintenant, il s’agissait d’une tout autre histoire ! Remus regarda Amélia avec douleur. Elle avait si mal … et tout ça, par sa faute ! Pourquoi avait-il fallut qu’il lui avoue son amour ? Pourquoi ? Il lui serra la main et regarda l’infirmière d’un air inquiet. Celle-ci ouvrit de grands yeux étonnés, puis regarda sa montre magique.

- Bah, ça alors ! s’exclame t-elle
- Quoi ? dit Remus
- Que trois heures … c’est le travail le plus rapide, que j’ai vu, dit-elle d’un ton admiratif

L’infirmière sourit, puis agita sa baguette. Une lueur rouge vive en sortie et se dirigea à l’extérieur de la chambre, brillant comme un phare. Presque aussitôt, un médicomage entra dans la chambre, enfilant des gants. Il alla vers la jeune femme et s’installa entre ses jambes.

- Madame Lupin ? Je suis le Médicomage Westmacott. Lorsque vous sentirez une contraction, vous allez pousser de toutes votre force …
- Tout de suite ? Maintenant ? dit Amélia. Déjà ?
- Oui … dit le médicomage en souriant. Je peux déjà toucher sa petite tête du doigt et je vois ses jolis cheveux … ce sera rapide, ne vous inquiétez pas
- Ses cheveux ? Vraiment ? Ils sont quels couleurs ? questionne Amélia
- Heu … dit le médicomage en jetant un bref regard à l’infirmière

Remus n’eut pas le temps de rire. Amélia lança un nouveau cri, puis poussa vivement. Le médicomage, prit de court, se retourna et contrôla la sortie du bébé. Doucement, avec précautions, il guida le venue au monde de ce petit être. Après trois poussées, il reçu le jeune enfant dans les mains, retira les sécrétions de sa gorge et sourit en entendant le pleure vigoureux du nouveau-né. Il déposa ensuite le bébé sur le ventre de sa mère qui, émue, pleurait doucement. Remus, comme stupéfié, regardait sa femme et son enfant d’un air perdu. Puis, comme un automate, il déposa un doux baisé sur la main d’Amélia, qu’il tenait toujours. Ça y était … il était père à nouveau. Lentement, il détacha les yeux de sa famille et regarda le médicomage.

- C’est un garçon ou une fille ? demande t-il
- Un garçon, dit le médicomage en souriant

Remus regarda son fils avec tendresse, puis leva les yeux vers Amélia. Elle regardait leur enfant, les yeux éperdus d’amour. Doucement, elle caressa le fin duvet brun de sa petite tête et leva des yeux émus vers Remus.

- Un fils, murmure t-elle … Ils ... ils vont ... Remus

Remus hocha lentement la tête, trop ému pour dire un seul mot. Dans un geste tendre, il caressa lui aussi les cheveux de son fils, s’émouvant de la chaleur de son crane.

- James Sirius Lupin, murmure Amélia. Bienvenue parmi nous, mon fils …

James ouvrit de grands yeux et regarda sa mère, le regard déjà remplit de questions en suspens. Il émit un bref sourire, comme s’il reconnaissait ses parents, puis s’endormit paisiblement en souriant aux anges.

À deux Départements plus haut, James et Lily Potter ouvrirent les yeux, au moment même où Amélia murmurait le prénom de son fils, preuve que l’amour triomphe toujours de tout.


FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magieouvreavous.aceboard.fr
Lord Voldemort
Seigneur des Ténèbres|Legilimens niv 3| Occlumens niv 2
Seigneur des Ténèbres|Legilimens niv 3| Occlumens niv 2
avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 07/07/2007

Feuille de personnage
Gallions:
0/0  (0/0)
Camp:
Baguette:

MessageSujet: Re: Exil ( L'histoire de Amélia Potter )   Mar 11 Sep - 20:38

Franchement je trouve ca pas mal . Je te fellicite

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amélia Potter

avatar

Féminin
Nombre de messages : 86
Age : 41
Localisation : Au Québec
Métier : Psychothérapeute, enfants/adolescents
Camp : Ordre du Phénix
Date d'inscription : 09/09/2007

Feuille de personnage
Gallions:
0/0  (0/0)
Camp: Ordre du Phénix
Baguette:

MessageSujet: Re: Exil ( L'histoire de Amélia Potter )   Mer 12 Sep - 0:47

Merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magieouvreavous.aceboard.fr
Sirius Black
Auror niveau 1| Animagus
Auror niveau 1| Animagus
avatar

Masculin
Nombre de messages : 19
Age : 28
Localisation : Regarde derrière toi!
Camp : Ordre du phénix.
Date d'inscription : 08/07/2007

Feuille de personnage
Gallions:
0/0  (0/0)
Camp:
Baguette:

MessageSujet: Re: Exil ( L'histoire de Amélia Potter )   Dim 7 Oct - 3:40

J'en suis actuellement au chapitre 4.
J'aime beaucoup ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amélia Potter

avatar

Féminin
Nombre de messages : 86
Age : 41
Localisation : Au Québec
Métier : Psychothérapeute, enfants/adolescents
Camp : Ordre du Phénix
Date d'inscription : 09/09/2007

Feuille de personnage
Gallions:
0/0  (0/0)
Camp: Ordre du Phénix
Baguette:

MessageSujet: Re: Exil ( L'histoire de Amélia Potter )   Mar 9 Oct - 12:39

Merci Smile

_________________

-- 17 ans --
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magieouvreavous.aceboard.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exil ( L'histoire de Amélia Potter )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exil ( L'histoire de Amélia Potter )
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Les aventures d' Albus Severus Potter et de ses amis
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Je jure solennellement ... :: Hors Jeux :: Créations Artistiques et commandes de kit-
Sauter vers: